Le bilinguisme a-t-il une influence sur le développement correct du langage ?

Le bilinguisme a-t-il une influence sur le développement correct du langage ?

La méconnaissance autour du bilinguisme contribue à entretenir une méfiance liée à la confusion des langues et au retard dans l’acquisition du français. Effectivement, dans notre système scolaire, maîtrise du français et réussite scolaire sont étroitement liées.

Le bilinguisme est la capacité d’une personne à utiliser deux langues comme moyen de communication dans la plupart des situations rencontrées, et de passer de l’une à l’autre si nécessaire. La communication chez le bilingue peut adopter des formes différentes en utilisant une langue, l’autre, ou les deux à la fois, selon les personnes, le sujet ou la situation de communication. Les compétences des bilingues ne sont pas uniformes ; elles fluctuent dans l’une et l’autre langue, suivant l’âge, l’environnement géographique et social. Il existe en fait autant de bilinguismes que de personnes bilingues.

Le bilinguisme peut s’étudier sous divers angles, ce qui va notamment permettre d’établir des types de bilinguisme : 

On parle de bilinguisme précoce simultané lorsqu’un enfant acquiert 2 langues avant l’âge de 3 ans, dans un milieu bilingue (par exemple si le père de l’enfant est français et la mère espagnole, et que chacun parle sa langue maternelle à l’enfant).

Le bilinguisme consécutif ou successif se caractérise par l’acquisition d’une seconde langue après le seuil d’environ 3 ans (par exemple en milieu scolaire).

Soit l’apprentissage est naturel et se fait dans des conditions informelles (famille bilingue, immersion en garderie bilingue…), soit l’acquisition relève d’une situation scolaire (on parle alors de bilinguisme institutionnel).

L’enfant peut entrer dans le langage avec une ou plusieurs langues ; le plus important est qu’il ait des interactions riches et variées dans ces langues et qu’il y soit fortement exposé pour les acquérir. En effet, à la naissance, les enfants ont la capacité innée de distinguer les sons de toutes les langues du monde. Puis, petit à petit, leur cerveau va cibler les sons des langues qu’ils entendent le plus régulièrement. 

L’acquisition de plusieurs langues va se faire tout naturellement chez l’enfant, dans la mesure où il trouvera la nécessité de parler chacune d’elles pour communiquer avec les adultes qui jouent un rôle important dans sa vie (parents, grands-parents, éducatrice…). Plus l’apprentissage d’une langue sera précoce et dans un environnement favorable, plus son acquisition sera rapide et efficace. Habituellement, les premiers mots sont prononcés aux alentours de 1 an, que l’enfant soit exposé à plus d’une langue ou non. 

Pendant longtemps, on a pensé que le bilinguisme causait des retards au niveau de l’acquisition du langage. Or il n’en est rien. Les recherches scientifiques sur ce domaine confirment que les étapes du développement du langage sont globalement les mêmes, que l’enfant grandisse avec une seule langue, avec deux langues simultanément, ou avec deux langues acquises l’une après l’autre (à la maison puis à la garderie par exemple), ou encore avec 3 langues ! Les dernières recherches montrent que le pourcentage de troubles du langage serait le même dans les populations monolingues ou bilingues (issues des mêmes milieux socio-économiques). Les types de troubles seraient aussi les mêmes dans les deux populations. S’il y a des troubles du langage chez un enfant, ce sont donc plutôt les conditions d’émergence et de développement du langage qui sont à considérer (et non le bilinguisme qui en est responsable).

Vous pouvez ainsi vous adresser à votre enfant dans la langue qui vous vient spontanément, avec laquelle vous vous sentez le plus à l’aise pour communiquer, chanter des berceuses, raconter des histoires, etc. Cela peut être une langue familiale ou une langue de cœur. L’important est de communiquer au maximum.

Le bilinguisme n’est pas une pathologie langagière nécessitant une prise en soin orthophonique systématique. Dans le cas d’une plainte ou d’une inquiétude concernant l’acquisition et le développement du langage chez des enfants bilingues, l’orthophoniste intervient pour réaliser une évaluation orthophonique (si possible en testant les compétences de l’enfant dans ses différentes langues). Au terme de cette évaluation, en fonction des résultats, une prise en soin orthophonique peut être mise en place dans le cas où l’enfant présenterait un trouble du langage.



Article rédigé par Aurélie Grossmann, Orthophoniste #4041
agrossmann@unmuseau.com

Après l’obtention de son Master en Logopédie, en 2005, à l’Université de Liège en Belgique, elle a été chargée de rééduquer des enfants et des adultes atteints de troubles de la communication orale et écrite, ainsi que des troubles de la voix, de la déglutition et de l’oralité alimentaire. Aurélie travaille avec l’équipe de la clinique Un Museau vaut mille Mots depuis un peu plus d’un an.



Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *