Personne ne comprend Maya quand elle parle…

Personne ne comprend Maya quand elle parle…

Tous les enfants ne se développent pas de la même façon. Certains vont plus vite que d’autres pour marcher, pour parler ou pour être propre, faut-il s’inquiéter si un enfant de 4 ans n’est pas compris par les autres quand il parle ?

Ma fille a quatre ans. C’est une petite fille heureuse de vivre, gaie et spontanée. Je pensais qu’en entrant en prématernelle elle ferait des progrès question langage, pourtant c’est encore difficile. Le problème c’est qu’elle parle mais que les autres ne la comprennent pas ; même son père dit des fois « qu’il n’a pas le décodeur » ! C’est tout juste si sa petite sœur de deux ans ne parle pas mieux qu’elle.

Du coup on la fait répéter mais au bout d’un moment, elle s’énerve et elle se met dans des états de colère pas possible. L’éducatrice nous a dit qu’il ne fallait pas s’inquiéter, que ça allait venir vu qu’à côté de ça, elle travaille bien et qu’elle y va de bon cœur. Le médecin nous a rassuré : elle voit bien et elle entend bien mais nous a dit que si ça continuait, il faudrait que Maya fasse de l’orthophonie surtout avant son entrée à l’école pour qu’elle ne soit pas gênée par ça pour apprendre à lire.

C’est moi qui la comprends le mieux et en faisant attention à ce qu’elle dit ; j’ai remarqué des choses étranges : y’a pas que les sons qu’elle dit mal, desfois elle cherche ses mots, ne trouve pas un mot simple alors que je sais qu’elle le connait. Ou elle va dire un mot à la place d’un autre ; elle peut dire « chaise » pour « table » ou « mouton » pour
« vache » par exemple. 

Elle a aussi du mal à chanter les petites chansons de l’école, on ne reconnaît même pas l’air quand elle les chante toute seule. Quand on lui demande de ramener plusieurs choses, elle en oublie toujours la moitié ! 

Et pour raconter sa journée au téléphone à grand-maman, c’est très difficile, elle se mélange, commence par la fin et ça finit toujours mal.  

À côté de ça, tout va bien :  elle grandit comme il faut, mange bien et n’est jamais malade. Elle a su faire du vélo du premier coup sans roulettes. Elle veut s’habiller toute seule et est très volontaire. C’est la première pour aider à la maison question cuisine ou bricolage. Je ne sais pas si c’est encore trop tôt pour aller consulter chez l’orthophoniste mais là je vois bien qu’elle s’en rend compte, d’autres enfants se sont moqués d’elle en disant qu’elle parlait « chinois » et ça m’a fait mal au cœur.

Le conseil du médecin est juste. Maya présente des difficultés de langage qui nécessitent une évaluation orthophonique. Pour cela, il faudra donc demander tout d’abord au médecin une requête avant d’aller consulter l’orthophoniste.

Lors de ce bilan, l’orthophoniste fera passer une série de tests adaptés à son âge pour cerner le problème dans les différents domaines du langage : l’articulation des sons, l’organisation des sons dans les mots, le vocabulaire, la construction des phrases, la compréhension, etc.

L’orthophoniste, à l’issue de son bilan, pourra déterminer de quel type de difficulté il s’agit et établir un diagnostic orthophonique qui est obligatoire. Il arrive qu’il propose de réaliser des examens complémentaires (médicaux, psychologiques, etc.), mais seulement si besoin et ce n’est pas automatique.

Les difficultés que présente Maya sont évocatrices de difficultés du langage concernant plutôt l’expression. Cela veut dire que ce n’est pas une maladie, mais un bouleversement qui accompagne le développement normal de l’enfant même et qu’il faut peut-être envisager un suivi orthophonique. En général, une séance par semaine est nécessaire.

C’est dans la régularité des séances que les progrès se feront, il ne faut pas attendre de « déclic » ni passer son temps à lui faire répéter, mais cette enfant progressera à coup sûr. Elle a conscience de ses difficultés et en souffre : elle a aussi besoin d’être rassurée.

Lui apprendre à lire avant le primaire permettra d’améliorer son langage oral et permettra aussi de prévenir d’éventuelles difficultés au primaire. C’est une pratique très courante dans beaucoup de pays. 

Solutions

  • Aller consulter le médecin qui pourra recommander une évaluation orthophonique.
  • Ne pas s’attendre à des progrès « magiques », mais plutôt progressifs.
  • Réaliser à la maison les exercices donnés par l’orthophoniste.
  • Ne pas lui faire répéter systématiquement quand elle se trompe, mais plutôt lui fournir la bonne prononciation.
  • Avoir avec elle des moments privilégiés pendant lesquels on lui raconte des histoires par exemple.
  • Expliquer ses difficultés à toute la famille et à l’école pour que puissent être mis en place à l’avenir et si besoin, les aménagements dont Maya aura peut-être besoin.
  • C’est une difficulté que l’on remarque, qui peut s’aggraver si l’on ne s’en occupe pas.


Article rédigé par Aurélie Grossmann, Orthophoniste #4041
agrossmann@unmuseau.com

Après l’obtention de son Master en Logopédie, en 2005, à l’Université de Liège en Belgique, elle a été chargée de rééduquer des enfants et des adultes atteints de troubles de la communication orale et écrite, ainsi que des troubles de la voix, de la déglutition et de l’oralité alimentaire. Aurélie travaille avec l’équipe de la clinique Un Museau vaut mille Mots depuis un peu plus d’un an.



Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *